Catégories
Société

Le concept « Woke » du « privilège blanc »

Robert Simonnet - Yves de France

                Robert Simonnet – Yves de France


Le concept du «privilège de la peau blanche» a pris naissance aux USA en 1975 avec le livre de T.W. Allen «L’Invention de la race blanche», dans lequel il explique que les planteurs blancs ont inventé ce privilège afin de diviser les travailleurs, pour que les Européens se sentent supérieurs aux esclaves noirs. Ce «privilège blanc» serait l’expression de ce racisme fondateur qui structurerait toujours les sociétés occidentales, par l’histoire de l’esclavage en Amérique et de la colonisation en Europe.


Avec du recul, on constate que ce schéma s’appuie sur les «dominants/dominés» de l’idéologie marxiste. Les blancs ont remplacé ces deux catégories par «bourgeois/prolétaires». Ce cheminement intellectuel passe par la théorie structuraliste (1960) des ‘poststructuralistes’ de l’École de Francfort avec la «French Theory»: Jacques Derrida (philosophe de la déconstruction) , Michel Foucault (1926-1984) (philosophe moderne) , Pierre Bourdieu (1930-2002) (sociologue), jusqu’aux campus américains et leurs questions raciales.


Le résultat est la théorie critique de la race avec comme grille de lecture l’élément central du mouvement «woke», dont l’Idée générale et abstraite est le «privilège blanc». Doctrinalement de la lutte des classes on est passé à la lutte des races. Ce qui ne change rien puisse que les gauchistes qui sont impliqués ont délaissé depuis longtemps les travailleurs blancs.


Insatisfait d’avoir inventé le racisme, l’européen y rajouterait, sans le vouloir et sans en avoir conscience «le privilège blanc». Ce privilège, qui ne peut être autre qu’une interprétation de la supériorité cognitive (intelligence) par la simple façon de savoir être. Mais, pour certains auteurs, comme J. Bottum, cette idéologie du «wokisme» serait un «postprotestiantisme» «une Église du Christ sans le Christ» donc consubstantiellement, sans personne pour pouvoir racheter les péchés. C’est une idéologie qui ne cherche pas la justice mais la punition.


Le succès du wokisme, en France, est dû, selon certaines personnes, qui ont la haine de soi (du Blanc), distillée depuis plusieurs décennies par ceux qui sont passés par les mêmes écoles et formés dans le même moule «socialo-idéologique», et qui souhaitent donner un avantage particulier, conférant un droit, à un groupe de personnes.


D’autre part, à l’enfer blanc et son racisme systémique que vivraient les Noirs, s’oppose une Afrique fantasmée ou la relecture de l’histoire ferait des Africains des inventeurs et des découvreurs, ce qui révèle un sérieux complexe d’infériorité.


Il est possible de constater qu’aucune étude scientifique n’a été réalisée sur ce concept par ces idéologues, sans quoi ils auraient conclu qu’il n’existe pas scientifiquement. La conclusion eût été une aptitude liée à une intelligence développée de la «race blanche» comme le prouve l’étude suivante.


L’ethnie «blanche» a comme origine, d’une part la civilisation gréco-latine, qui tend à élever l’homme intellectuellement (intelligence): c’est une des caractéristiques d’une société dite «évoluée», et d’autre part une culture judéo-chrétienne, pour laquelle l’homme s’élève moralement par la somme de connaissances acquises. Les «woke» passent donc sous silence le niveau de l’intelligence des différentes ethnies de la population mondiale. C’est une manière bizarre de raisonner que celle de rejeter ce qu’on ne peut pas comprendre.


Par construction la moyenne du QI est de 100. Le score moyen mondial est actuellement de 85.


– L’Afrique subsaharienne et certaines populations d’Australie, entre 60 et 70
– Les Roms entre 74 et 77.
– Les Pays arabes entre 75 et 85
– Les Indes, entre 80 et 85
– Les Balkans entre 85 à 105
– La France et la Finlande entre 100 et 105.
– L’’Est asiatique, Singapour et le Japon entre 105 et 110.
– Les juifs ashkénazes entre 105 et 115.
(Étude parue dans ‘The Bell Curve’ et dans Mainstream Science on Intelligence par R. Herenstein et C. Murray-1994)


Puisque la culture des Européens est «gréco- latine» sur le plan de la philosophie et «Judéo-chrétienne» sur le plan éthique (morale), elle fut transmise à travers les siècles par l’efficience intellectuelle (intelligence) de chaque homme à sa descendance, soit par la logique, soit par le bon sens (raison). L’intelligence logique est la capacité d’un être humain à faire des choix en se basant sur son intelligence, en utilisant trois supports de raisonnement: abstrait, verbal et concret (ou pratique), dans trois domaines d’activités différents, déductif, inductif, analogique. La raison, ou le bon sens, est la faculté propre de l’esprit humain dont la mise en œuvre lui permet de créer des critères de liberté et de vérité pour atteindre ses objectifs. En France, les élus de gauche, désireux de se maintenir au pouvoir, se sont rabattus vers les populations de descendants d’émigrés en tenant des discours visant à victimiser leur nouvel électorat. De sorte que le concept «woke» séduit immédiatement les couches sociales habituées à être assistées. Cette fausse légitimité les endort dans leurs convictions de mériter de supposées compensations

Robert Simonnet - Yves de France